Maître Gichin Funakoshi ne fut pas un  » Fondateur  » mais il est à l’origine du développement d’un art qui remonte bien avant lui, ce grand maître doit être considéré comme le père du Karaté Moderne.

Gichin Funakoshi est né en 1868 à Shuri sur l’île d’Okinawa. Il commence le karaté vers l’âge de 12 ans. L’entraînement à cette époque se faisait la nuit et dehors. Enfant, il fut entraîné par deux maîtres, chacun lui apportant une forme différente d’art martial. De Yasutsune Itosu Senseï et de Yasutsune Azato Senseï (tous deux élèves de Matsumura), il apprit le Shuri-te; viendra plus tard son apprentissage du Naha-te. Par la suite il mélangea ces deux styles pour créer ce qui deviendrait un jour le Karaté Shotokan. C’est lui qui créa le nom de karaté-do mais aussi shotokan (la maison dans le bruissement de pinèdes). Il instaura également le système de kyù et de dan pour les grades des pratiquants.

Le ministre de l ‘éducation japonais lui permit d’introduire le Karaté au Japon en 1917 par le biais d’une exhibition lors d’une démonstration d’éducation physique. Une seconde démonstration lui fut commandée en 1922 puis une troisième un peu plus tard. Cette dernière avait un caractère spécial car elle devait avoir lieu devant l’empereur et la famille royale.

Ce fut un véritable succès, le public acclama la démonstration de maître Funakoshi. La représentation consistait en un kata, exécuté avec beaucoup de puissance, de conviction et d’énergie.

Maître Funakoshi s’établit alors à Tokyo où il fondit en 1936 son propre dojo  » le Shotokan « . Les jeunes japonais à cette époque avides de modernité avaient tourné le dos aux côtés traditionnels de leurs propres arts martiaux. Maître Funakoshi dut alors établir un enseignement plus conforme aux aspirations des jeunes japonais. Parmi les Katas d’Okinawa, du Shorin-Ryu et du Shorei-Ryu, seuls 15 katas furent conservés (et leurs noms japonisés) pour marquer l’évolution des élèves : les 5 Heian, les 3 Tekki, Bassaï daï, Kanku daï ; Hangetsu, Enpi, Jiin, Jitte et Gankaku.

De cette école sortiront de célèbres maîtres: Nakayama, Kase, Shirai, Ochi, Nishiyama, Kanazawa, Nagamine, Takagi , Yoshida, Obata, Noguchi et Otsuka.

Le fils de Maître Funakoshi, Yoshitaka prit la direction technique du dōjō à partir de 1938. Il fut un élément décisif de l’évolution du Shotokan en introduisant des concepts et des techniques remontant à l’enseignement de Azato, et non plus à celui de Itosu.

Maître Funakoshi écrivit plusieurs ouvrage sur son art dont Karate-dô Kyôhan:Le texte Maître qui parut en 1922 sous le nom Ryû-Kyû kempô:Karaté, et il écrivit aussi en 1935 Karate-Dô Nyûmon, reprenant et décrivant les 15 katas de base pré-cités.

Gichin Funakoshi décéda le 26 avril 1957 à l’age de 88 ans. Un monument a été érigé à sa mémoire à Kamakura en 1968 sur lequel on peut lire « Karate ni sente nashi » (Il n’y a pas de première attaque en karaté).