Tony

15 décembre 2015 Non Par admin

Année de pratique :

J’ai commencé le karaté en 1993, je suis donc dans ma… 22ème année… En y réfléchissant un peu, ça commence à faire…

IMG_1435

Grade :

J’ai obtenu mon 4ème dan l’an dernier. Maintenant est-ce que ça représente quelque chose ? Je ne pense pas… Je ne suis pas un super héros, comme certains non pratiquants peuvent l’imaginer. Il m’arrive toujours de me faire surprendre par mes partenaires à l’entrainement et, bien souvent, ils sont moins gradés que moi…

Je vois plus l’obtention d’un grade comme une étape dans la progression, peut-être un genre de récompense pour le travail accompli jusque-là. En revanche, je ne pense pas qu’un grade soit le reflet d’un réel niveau de karaté. J’ai pu rencontrer des 1ers dan avec un niveau incroyable, que je ne pense jamais attendre, ou des « experts » 6ème dan qui enseignent mais ne s’entrainent plus, et deviennent donc peu convaincants à mes yeux… J’ai été heureux d’obtenir chacun de mes grades jusqu’au premier dan. Ensuite, j’ai vu certaines personnes, que je trouvais « meilleures que moi », ne pas obtenir leur grade, alors que je l’ai obtenu en étant loin de le mériter…

Depuis mon passage de grade de 3ème dan, j’ai l’impression d’être volé, qu’on me ment sur mon niveau réel, parfois même d’être un imposteur et de ne pas mériter le garde que le jury m’a octroyé… Aujourd’hui, je ne m’entraine pas pour le prochain passage de grade. Je m’entraine pour atteindre le niveau que j’imagine être celui d’un 4ème dan. Et j’en suis encore loin…

 

Kata préféré :

Dans les katas de base, je garde une préférence pour Heian Niddan. Sinon, je dirais Empi et Sochin. Unsu aussi remarque. Finalement, chaque kata a son charme !

IMG_1436

Technique préférée :

Gyaku Tsuki est pour moi la technique la plus simple pour comprendre tous les principes fondamentaux du karaté. Je pense que tous les pratiquants, du débutant au très gradé peut comprendre (et continuer à le faire) l’importance des appuis, de la position, du travail des hanches, la position du buste, le travail des muscles mobilisées pour le kimé et l’impact… Tout y est et accessible à différents degrés de compréhension.

 

 

 

Qu’est-ce qui vous a amené au karaté ?:

J’ai commencé le karaté un peu par hasard. Mes parents ont voulu me faire pratiquer un art martial pour les valeurs véhiculées par ces disciplines. La majorités se tournaient vers le Judo. Ils ont donc opté pour le Karaté. Je suis tombé amoureux , et je n’ai jamais arrêté depuis.

 

Que vous apporte le Karaté ?:

J’ai commencé le karaté très jeune, et je ne me suis jamais arrêté. Il fait aujourd’hui parti de ma vie. C’est une partie de moi. Cette discipline m’a formé, façonné et influencé m’ont développement. Dire ce que le karaté m’apporte reviendrait à dire ce que m’apporte ma jambe droite ou mon bras gauche… Il m’apporte un certain équilibre, me confronte chaque jour à la réalité de mon corps, ses capacités, ses limites. Il est lié à l’évolution de mon corps, sa croissance et son développement physique, et de plus en plus, ses douleurs, ses blessures, son vieillissement. Des facteurs internes aussi se développent, et s’associent à cette compréhension du corps.

 

IMG_1440

Meilleur souvenir de karaté :

C’est encore une fois difficile de choisir… J’ai vécu énormément de choses magiques par l’intermédiaire de ma pratique. Les entrainements m’ont aussi permis de rencontrer des personnes extraordinaires, de créer des amitiés solides, de comprendre des choses sur mon corps, ma personnalité, mon esprit, sur la vie…

Mon premier voyage à Okinawa, a certainement été un déclic particulier. J’ai eu la chance de pouvoir me joindre à Sébastien et d’autres anciens de Vincennes à un voyage d’étude dans le dojo de Sensei Higa Minoru. Découvrir le Karaté d’Okinawa, plus proche de la forme originelle que ne l’est le shotokan, est un passage que je conseil à chaque pratiquant. Les sessions de centaines, voire de milliers de tsukis, quelques heures après être sorti de l’avion est une expérience difficile à décrire.

Ce voyage a surtout marqué un tournant dans ma vie. J’ai commencé à voyager de plus en plus, à découvrir d’autres façons de pratiquer, d’interpréter, de comprendre et de vivre le karaté. Ça m’a fait remettre beaucoup de choses en question sur ma pratique, mon approche de la discipline et mes choix de vie.

 

Que pensez-vous du club ?

J’ai connu Sébastien il y a près de 15 ans. A l’époque je m’entrainais à Vincennes, avec Pierre Berthier et Jean Louis Morel. Sébastien aussi. Je venais à l’entrainement avec mon copain Anthony. Nous avions 12 ou 13 ans à l’époque et étions les seuls jeunes parmi les hauts gradés. Je ne me rendais pas compte de la chance que nous avions à l’époque. Les enseignants, aujourd’hui des experts reconnus par la ligue et la fédération, étaient déjà d’un niveau remarquable, mais ce que j’avais du mal à me rendre compte, c’est la qualité des élèves qui s’entrainaient à nos côtés : tous eux-mêmes professeurs et hauts gradés. Aujourd’hui je me dis qu’enfant, on faisait des kihon avec à côté de nous des gens Areski Ouzrout, Daniel Baur ou Christian Clause, et bien d’autres, aux noms moins connus, mais aux qualités tout aussi remarquables.

Parmi eux, il y avait Sébastien. Il nous a très vite pris en sympathie. Son enthousiasme et son humour nous ont beaucoup plu, et on était content de trouver un soutien au milieu de cette foule de « grands » impressionnants. Un jour Sébastien nous a dit que dans son club il avait un cours spécialisé pour préparer le passage du 1er dan. On est venu au KCN faire un essai, et on n’est jamais parti.

Anthony a dû, pour des raisons professionnelles quitter le club. A plusieurs reprises, j’ai dû m’absenter pour de longs séjours en province ou à l’étranger. Bien que j’ai continué à m’entrainer, avec des enseignants de très grande qualité, je suis toujours revenu au KCN dès que je le pouvais. Partout où je suis passé, j’ai découvert de nombreux dojo, rencontré beaucoup de pratiquants différents, mais l’atmosphère du KCN est unique. Les anciens que j’ai toujours connu au KCN comme Christophe, Philippe, les deux Fred, sont toujours là et se mélangent aux nouvelles générations de pratiquant. Il y a réellement une atmosphère d’échange et de partage qui est loin d’exister dans tous les clubs. Quand je vois des gens 2ème ou 3ème participer aux cours « débutant » avec toujours la même application, la même envie d’apprendre et d’échanger, ça me fait chaud au cœur. Ce sont les valeurs de partage, et d’humilité que je recherche dans la pratique du karaté. Quand je vois des jeunes, comme Romy, Lauryn ou Leïla que j’ai connu à leurs débuts, faire maintenant partie du noyau dur de ceinture noir du cours confirmé, je suis comblé.

Au KCN, chacun pratique à sa façon, avec ses propres motivations, ses propres objectifs. Certains viennent avec leurs amis, d’autres avec leurs collègues, leur mari, leur femme ou leurs enfants. Chacun apporte sa contribution au club pour lui donner son caractère unique.

Pour information, je parle du KCN, mais je ne fais aucune distinction avec le KCB. Le KCN est plus ancien, et c’est par là que j’ai commencé. Mais même aujourd’hui, je prends ma licence indifféremment à Nogent ou à Bry, et je suis incapable de dire à quel club je suis officiellement rattaché…

 

Extra Karaté :

C’est compliqué. En résumé, je travaille beaucoup, dans pleins d’endroits différents, et je voyage beaucoup.

Autres loisirs :

  • Comme le Karaté, j’ai grandi avec le skate et continue à le pratiquer. Les deux pratiques se sont compléter pour me permettre de grandir et de m’épanouir.
  • Depuis quelques mois, j’ai commencé à compiler certains de mes récits de voyage sur un blog ( ). Ça me prend pas mal de temps…
  • Je lis énormément. Les long trajets quotidien en transports en deviennent presque plaisant !

 

Chanteurs/groupes préférés :

  • Jedi Mind Tricks
  • Eminem
  • Pretty Lights
  • Frank Sinatra
  • Ratatat

Films préférés :

  • Matrix
  • Fight Club
  • La science des rêves
  • La trilogie Auberge Espagnole de Cédric Klapish
  • Les films coréens de Park Chan Wook et de Kim Jee Wun

Livres préférés :

  • Manuel du Guerrier de la lumière, de Paulo Coelho
  • L’insoutenable légèreté de l’être, de Milan Kundera
  • Le petit prince, Antoine de Saint Exupery
  • Humain trop humain de Friedrich Nietzsche
  • Le dernier discours, de Andy Pausch

Livres de Karaté à recommander :

  • Bunkai, de Areski Ouzrout
  • La voie de la main nue, de Kenei Mabuni
  • Chroniques Martiales, de Henry Plée
  • Karate-do : Ma voie, ma vie, de Gishin Funakoshi
  • La voie du samourai, de Thomas Cleary

 

Plat préféré :

Lasagnes, Bun Cha, Okonomiyaki

 

Divers :

Je pense vous avoir déjà pris assez de temps comme ça !